Le second semestre 2017 s’annonce dans un contexte beaucoup plus favorable

« Les craintes d’une forte reprise de la production laitière s’estompent progressivement. Le marché de la matière grasse devrait rester déficitaire pendant toute l’année 2017 », explique Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, dans sa note de conjoncture mensuelle publiée fin avril.

« Le second semestre 2017 s’annonce dans un contexte beaucoup plus favorable. Mais l’importance des stocks de poudre de lait écrémé empêchera les prix de se redresser de manière significative. »

En fait, le prix du beurre continue sa flambée tandis que celui de la poudre de lait écrémé revient au niveau de prix d’intervention. « Le stock public de 350 000 tonnes de poudre de lait écrémé place les acheteurs dans une position attentiste et freine les échanges internationaux », poursuit-il.

Pourtant l’équilibre entre l’offre et la demande à l’échelle mondiale s’est nettement amélioré depuis l’été 2016. « La production laitière diminue non seulement en Europe, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande, confirme l’expert. Les Etats-Unis et la croissance ininterrompue de leur production font figure d’exception. »

Après une baisse sensible de la production pendant l’automne et l’hiver, la collecte française s’est redressée au mois de mars. « Le manque d’eau et la période de froid de ces dernières semaines devraient raboter le pic printanier de collecte. »

prévisions au 2è semestre 2017 source : web agri