CONTRAT LAITIER : UN TRESOR DECOUVERT GRACE A OPLGO?

Pour l’instant, la balance penche vers les preneurs : serait-ce parceque les cedants ne connaissent pas tous l’existence de l’accord passé entre OPLGO et lactalis sur le transfert des volumes contractuels, divisibles ou totaux?

C’est peut-être ce qui incite des cédants, pas forcément adhérents à OPLGO, de tenter de faire monter les enchères d’un trésor valorisé, je le rappelle grâce aux accords passés entre Lactalis et OPLGO pour ses adhérents.

Les cédants ont travaillé pour obtenir ce contrat, les preneurs devront travailler au moins aussi durement pour le valoriser.

La mission de OPLGO : CONFORTER LES EXPLOITATIONS LAITIERES du Grand Ouest et les préparer à demain.

Le conseil d’administration OPLGO travaille pour la filière grâce à ses adhérents. Son pouvoir s’arrête à mettre en relation des preneurs et des cédants en veillant au bon sens des chefs d’entreprise soucieux de la filière de demain.

Quelques précisions :

1/ il y aura des cédants s’il y a des preneurs, sans exploitations d’avenir pour les reprendre, les contrats reviendront à la laiterie

2/ si OPLGO a pu négocier de tels accords avec Lactalis, c’est grâce à des producteurs qui ont adhéré et qui adhèrent encore : des adhérents qui ont compris que la modique cotisation de 35€/100000 litres était largement valorisée à travers les accords conclus.

3/ l’accord sur les transferts est révisible au 1er avril 2016 ; en cas d’abus de part et d’autre il ne pourrait être reconduit.

4/ bientôt, le forum ne sera accessible qu’aux seuls adhérents OPLGO

Le succès de OPLGO visible par l’augmentation des adhésions, certes en partie dûe aux accords « cessibilité/divisibilité » montre que les producteurs approuvent les orientations prises.

 

 

 

Notre liberté s’arrête là où commence celle des autres.20111125_lait