Categorie Revue de presse

VISITE DU PREFET 53 CHEZ LE PRESIDENT OPLGO

Villaines. Face à Lactalis, il incarne une agriculture qui résiste

Jean-Michel Yvard sur son exploitation à la Piétonnière, à Villaines-la-Juhel. Il est à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest, une association indépendante.
Jean-Michel Yvard sur son exploitation à la Piétonnière, à Villaines-la-Juhel. Il est à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest, une association indépendante. | OUEST-FRANCE

  • Jean-Michel Yvard sur son exploitation à la Piétonnière, à Villaines-la-Juhel. Il est à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest, une association indépendante.
    Jean-Michel Yvard sur son exploitation à la Piétonnière, à Villaines-la-Juhel. Il est à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest, une association indépendante. | OUEST-FRAN
Jean-Michel Yvard sur son exploitation à la Piétonnière, à Villaines-la-Juhel. Il est à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest, une association indépendante. | OUEST-FRANCE

Minés par la crise, les producteurs laitiers se défendent. À l’image de Jean-Michel Yvard qui préside une organisation rassemblant 1 500 indépendants. Et fait tout pour peser face au leader mondial du lait, Lactalis.

Peut-on encore vivre de l’agriculture ? Objectivement, Jean-Michel Yvard aurait toutes les raisons de baisser les bras. Les bons mois, il gagne 1 000 € à 1 500 € pour plus de 60 heures de travail par semaine dans son exploitation laitière à Villaines-la-Juhel (Nord-Mayenne), ses charges augmentent face à un potentiel de revenu qui dégringole une année après l’autre.

« La transmission de l’exploitation devient de plus en plus difficile. Nos parents et nos grands-parents avaient des petits revenus, mais en cédant leur ferme au moment de partir à la retraite, ils obtenaient un capital. Maintenant, les revenus restent faibles et le patrimoine est en baisse. »

70 vaches et des panneaux photovoltaïques

Jean-Michel Yvard est installé en Gaec (groupement agricole d’exploitation en commun) avec Johnny Janvier. Ils n’ont pas de salariés, leurs femmes travaillent à l’extérieur et ils ont installé des panneaux photovoltaïques pour compléter leur revenu « pour la retraite » .

Sur leur ferme, Johnny et Jean-Michel élèvent 70 vaches, principalement des prim’holstein. « On est obligé de faire avec. C’est la race la plus productrice » , commente Jean-Michel avec pragmatisme. Mais il a conservé quelques normandes « par fidélité » à une race locale.

Indépendant des syndicats

Malgré un regard lucide sur l’avenir incertain de l’agriculture française, Jean-Michel Yvard continue de se battre avec passion. « Je défends une agriculture qui est capable de monter en gamme à condition de rémunérer l’agriculteur. »

Ces mots, il les porte à la tête de l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest (OPLGO), une association indépendante des syndicats qu’il préside depuis 2015.

Son lait sert à fabriquer l’emmental

Le camion de lait passe tous les deux jours dans la ferme de la Piétonnière. Avant de filer vers l’usine de Charchigné (Nord-Mayenne) où le lait servira à la fabrication de l’emmental. Sur son contrat avec Lactalis, la Piétonnière a un droit à produire de 595 000 litres par an. En juin 2018, les 1 000 litres sont payés 308 €.

Lactalis est-il bon payeur ? « Il est dans la moyenne » , estime Johnny Janvier. « Si le litre de lait nous était payé 5 centimes en plus, on vivrait bien. » Tout le problème est là. Mais comment changer les relations entre producteurs et industriels ? Pas simple quand on est un petit poucet face au gros industriel.

« La qualité de notre lait doit être reconnue »

« Aujourd’hui, nous faisons un produit haut de gamme vendu à un prix mondial, c’est-à-dire low-cost, résume le président de l’organisation.  Or, moins de 10 % de notre lait va sur le marché mondial. La majorité va sur le marché français et européen. »

Jean-Michel Yvard veut que la qualité du lait soit reconnue à la « sortie de la ferme » , afin d’obtenir un juste prix. Pour cela, il faut « aller vers de nouveaux marchés comme le lait sans OGM. Lactalis peut le faire. Et nous, les agriculteurs, être son partenaire » .

Cela veut dire une organisation de producteurs forte, déterminée et inventive face au leader mondial du lait dur en affaires.

Lire la suite

le Patron est-il le gagnant????

Le Patron est-il bien celui qu’on pense?

Au final, qui gagne? la personne présentée comme étant le Patron ou la personne cachée qui pilote réellement?

Les divers exemples cités dans cette émission montrent qu’il n’y a qu’un perdant…

Une réflexion philosophique proposée par la rubrique « A la Une »  ce matin samedi 26 mai 2018 de Europe 1

par Bruno Donnet « c’est qui le patron? »

 

Lire la suite

Le second semestre 2017 s’annonce dans un contexte beaucoup plus favorable

« Les craintes d’une forte reprise de la production laitière s’estompent progressivement. Le marché de la matière grasse devrait rester déficitaire pendant toute l’année 2017 », explique Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, dans sa note de conjoncture mensuelle publiée fin avril.

« Le second semestre 2017 s’annonce dans un contexte beaucoup plus favorable. Mais l’importance des stocks de poudre de lait écrémé empêchera les prix de se redresser de manière significative. »

En fait, le prix du beurre continue sa flambée tandis que celui de la poudre de lait écrémé revient au niveau de prix d’intervention. « Le stock public de 350 000 tonnes de poudre de lait écrémé place les acheteurs dans une position attentiste et freine les échanges internationaux », poursuit-il.

Pourtant l’équilibre entre l’offre et la demande à l’échelle mondiale s’est nettement amélioré depuis l’été 2016. « La production laitière diminue non seulement en Europe, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande, confirme l’expert. Les Etats-Unis et la croissance ininterrompue de leur production font figure d’exception. »

Après une baisse sensible de la production pendant l’automne et l’hiver, la collecte française s’est redressée au mois de mars. « Le manque d’eau et la période de froid de ces dernières semaines devraient raboter le pic printanier de collecte. »

prévisions au 2è semestre 2017 source : web agri

Lire la suite

On n’est pas à une provocation près…

article du FIGARO 19 mars 2017 les industriels laitiers

Lire la suite

Invité par Breiz Europe, OPLGO rencontre Phil Hogan

Lisez l’article du télégramme

http://www.letelegramme.fr/economie/agroalimentaire-phil-hogan-a-l-ecoute-des-bretons-17-09-2016-11220127.php

Sur invitation de Breiz Europe, Lobby breton à Bruxelles, Phil Hogan Commissaire européen à l’agriculture, a répondu aux représentants des organismes agricoles bretons. Jean-Michel Yvard, président de OPLGO, membre de Breiz Europe, a interrogé Phil Hogan sur l’application des aides à la réduction temporaire et volontaire des volumes.

Lire la suite

TELEDECLARATION DE LA DEMANDE D’UN APPORT DE TRESORERIE 2016

N’attendez pas pour télédéclarer votre demande d’apport de trésorerie

CLIQUEZ  ICI

 

Lire la suite

LA PAROLE AUX ELEVEURS AU SPACE

« Les éleveurs parlent aux éleveurs ».

C’est le moment pour les éleveurs de prendre la parole, ou de la reprendre.

Avec les crises qui s’éternisent, la parole est l’outil à la portée de chacun pour rester debout.

C’est le moment de penser aujourd’hui autrement et inventer demain en couleur.

Quand les changements s’imposent, autant les choisir plutôt que les subir.

Autant être acteurs des mutations qui sont déjà là, qu’elles soient alimentaires, énergétiques, sociétales, …

Les déjeuners débats 2016 vont explorer 3 questions d’actualité :

Comment les éleveurs peuvent maitriser la gouvernance de leurs organisations ?

Comment les éleveurs peuvent créer ou recréer du lien avec l’économie locale et circulaire ?

Comment les éleveurs peuvent bénéficier de l’amélioration de leur empreinte écologique ?

 

Veuillez trouver ci-joint l’invitation pour ces déjeuners débats organisés par Frgeda Bretagne et Trame.

Pour vous inscrire,

VISUALISER LE PROGRAMME

 

 

 

 

Lire la suite

frederic, adhérent OPLGO témoigne

http://www.le-perche.fr/49370/producteurs-laitiers-on-va-finir-par-crever/

Lire la suite

TEMOIGNAGE DE DIDIER, ADHERENT OPLGO DANS LA SARTHE

ouest-france-didier-aout16-1Témoignage Didier Savary, éleveur OPLGO dans la Sarthe, par Ouest France, publié le 25 Août 2016

OUEST FRANCE 24-aout-16-temoignage-didier-savary

Lire la suite

REPORTAGE OPLGO FRANCE 3

reportage oplgo 12 juillet 2016 france 3 

Visualisez ici le reportage de Benjamin Delombre de France 3 diffusé au journal national mardi 12 juillet 2016.

Ce reportage a reçu l’aval de diffusion de OPLGO car il reflète les valeurs de votre OP (méfiez vous de certains médias qui publient au nom de OPLGO des idées personnelles contraires à nos idées, au risque de metre l’OP en difficulté).

Lire la suite