AG ASSOCIATION NORMANDIE PERCHE le 14/06/16

?????????????

Lors du rapport moral, le président, Frédéric Epineau a noté le niveau de prix inférieur payé aux producteurs Lactalis (260€/1000l). L’assistance, parfois résignée, parfois révoltée, comprend qu’il est difficile de négocier un prix, surtout en période de crise, tout en étant conscients que les producteurs sont sans doute les seuls à perdre autant.
La sorti des quotas laitiers n’a pas été préparée en France et nous assistons à une forte augmentation de la production européenne (+16% pour les Pays Bas et +1.5% pour la France) devant un embargo russe et une stagnation du marché chinois.

Après 30 ans de gestion administrée des voilumes, les proiducteurs doivent reprendre leur place dans la filière et s’intéresser aux débouchés (marchés, attente des consommateurs, qualité des produits).

C’est en revenant sur l’historique de la PAC que Christophe Hamon (directeur de Breiz Europe), invité de cette AG, a expliqué aux producteurs la nécessité de prendre en main leur filière, de s’affirmer comme un maillon essentiel et d’utiliser les outils européens qui étaient mis à leur disposition sans quitter des yeux la finalité de leur métier qui consiste à nourrir des populations, et répondre donc aux attentes des consommateurs.

L’intervention de Mr Moly de l’entreprise Lactalis n’a pas permis de se projetter dans un avenir optimiste en ce qui concerne le pris du lait, en tout cas pour ce qui concerne la production ; l’année 2016 sera extrêmement difficile…

Par la mise en  place de la cessibilité des contrats de gré à gré négociée avec lactalis, OPLGO a imprimésa marque de fabrique comme une OP constructive pour l’avenir de la filière laitière française. C’est pourquoi OPLGO suit l’actualité et propose ses travaux aux parlementaires afin que la Loi sapin II renforce le maillon production, plutôt que de l’affaiblir au profit de la transformation.

OPLGO travaille aussi sur l’application de l’article 222 de l’OCM unique, qui consiste à autoriser les états membres à soutenir financièrement les producteurs de lait à condition qu’ils acceptent collectivement de façon volontaire et temporaire de réduire leur production. A ce jour, c’est le seul outil qui permettrait d’augmenter le prix du litre de lait au producteurs.

A ce sujet, tous les producteurs de lait sont invités à participer à un sondage dont le lien figure sur le site www.oplgo.fr

Enfin, l’approche territoriale de OPLGO, grâce aux associations qui la composent (dont APLNP) permet un développement de partenariats avec les collectivités territoriales. Une OP est un véritable outil de développement agricole qui travaille à une meilleure compétitivité des exploitations laitières. Cela implique des travaux sur le prix mais aussi sur les coûts dont l’Agroécologie est un relai dont les producteurs doivent se saisir directement.

Les 100 personnes présente sur les 190 adhérents de l’association se sont retrouvés devant un verre de l’amitié, à une heure tardive.